Création pour le PRINTEMPS DES POETES 2018 

à la

LA GRANDE BOUTIQUE

56630 LANGONNET

Quelques extraits ici
Le déluge - Le Golvan/Jory-Libolt
00:00 / 00:00
La saisons des amours - Le Golvan/Jory-Libolt
00:00 / 00:00
Le cycliste - Le Golvan/Jory-Libolt
00:00 / 00:00
La route - Le Golvan/Jory-Libolt
00:00 / 00:00

La Perchée 

On dit que ce sont les décors des premières années de notre vie qui donnent forme à notre monde imaginaire, on dit aussi qu’on écrit, qu’on compose à partir d’une absence. Ce qui est certain pour nous c’est ce besoin d’un lieu qui devienne paysage intérieur pour que l’imagination l’habite, pour qu’elle en fasse son propre théâtre.

 

« Commençons par ne parler de rien, on finira par tout dire » dit Savitskaya

 

Nous sommes partis d’un terrain vague, un de ces terrains qui n’appartient à personne. Lieu qui n’a d’ailleurs peut-être pas toujours été vague. Il peut y avoir eu une vie autrefois. Les mouvements de société ont fait bouger les cadastres. Il peut donc y avoir encore des bruissements des mondes d’avant  qui s’entremêlent à ceux du monde d’ici mais il y a surtout dans ce type de friche des mondes intermédiaires, parallèles, une sorte d’espace de vacances provisoires permettant parfois un peu de large.


Ce projet est né de la rencontre de trois univers artistiques. Yannick Jory et Sébastien Libolt pour les compositions et directions musicales.  Moi-même pour l’écriture textuelle, le chant et la gestuelle. Le défi étant pour chacun de créer une forme nous augmentant ensemble. Tantôt on part des innombrables sources que Sébastien a gravées sur vinyles, de ses mélodies aussi, tantôt nous partons d'un texte, d’une chanson, tantôt d'une musique de Jeanno. De suite nos trois univers se sont mis à dessiner une sorte de carte, une contrée particulière. Nous l’avons nommée La Perchée.

Faut dire que  Sébastien sur son vieux Farfisa de 1978 avec ses pédales de guitariste, est un peu oiseau-lyre sur perchoir couleur séquenceur des années 90. Il redescend ou se déplace sur terre uniquement pour sélectionner des vinyles et  faire grésiller ses sons pré-enregistrés qu’il reboucle en temps réel. Hypnotique !

Avec sa colonne d’air, ses directions rythmiques et mélodiques, Jeanno nous garde musicalement des profondeurs abyssales et des cimes à l’air raréfié que l’on peut rencontrer dans cette contrée. Avec ses saxophones, il y danse comme un poisson dans ses eaux, même troubles ; parfois il se distrait et le voilà parti à faire des tas de figures, là c’est nous qui le ramenons. Mais en général c’est lui qui met un peu d’ordre ou du désordre orchestré. Il accélère le mouvement aussi, il rationalise. Les forces douces, lentes, impétueuses qu’il insuffle à cette région la baignent le plus souvent dans des lumières du zénith au couchant. Vers l’ouest donc !

 

La Perchée est une contrée au milieu des zones d’habitation, des zones industrielles. On y entre par un terrain vague, une trouée. Voilà ce qu’on peut dire à ce jour.

 

Françoise Le Golvan

Avec :

Françoise Le Golvan : textes, voix parlée, chantée, gestuelle

Sébastien Libolt : musiques, claviers, samples et vinyles

Yannick « Jeanno » Jory : musiques, saxophones

Nicolas Delbart : création son